arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash

Panier


Antoine Lecharny


Antoine Lecharny est un photographe et artiste plasticien né en 1995.
À vingt ans, il part en Transylvanie photographier et partager la vie de familles roms en périphérie de Deva. À leurs côtés, il cherche à saisir les liens qui unissent ses familles entre elles et leur relation à un environnement souvent hostile. Ce travail, primé lors du Grand Prix Paris Match du Photoreportage Étudiant, est accroché à l’Hôtel de ville de Paris en 2019. 
Puis, peu à peu, Antoine Lecharny commence à photographier différemment et se défait alors d’une intention purement documentaire sans jamais cesser pour autant de porter attention à la singularité des gens et des lieux qu’ils habitent. Il entame alors des projets plus expérimentaux, comme Ano Meria (finaliste du prix HSBC 2021) ou Comme un Lego (prix du public du festival des Boutographies 2021)au cours desquels il cherche à retranscrire par la photographie des sentiments intérieurs.
En parallèle de son travail photographique, Antoine Lecharny pratique depuis des années le dessin et la sculpture. Lauréat du prix Audi Talents 2020 avec Henri Frachon, il exposa en novembre 2021 son dernier projet sculptural Abstract design manifesto au Palais de Tokyo.



Ano Meria est un travail sur la perte et l'absence de celle que j'aimais. Pendant plusieurs mois, je suis retourné sur les lieux où nous avions été ensemble et j'ai voyagé vers ceux où nous voulions aller, tournant sans cesse autour d'Ano Meria, la terre de notre dernier été. 
J’ai laissé tomber les bras dans la colère contre les murs fragiles de ma chair à force de ne plus savoir trouver dans la nuit si noire de mon corps suffisamment d’armées et la force imbécile de te plaire encore. Alors que tu m’habites à présent comme une maison de sang, ton ombre-là affole mes mains et retourne mes ongles mais je poursuis mon chemin de sape pour retrouver ton passage et ta bouche, confuse forêt de chair où se terre la parole. Et s’il fallait que tu saches que je ne me résoudrai pas à ta mort, j’irais à Ano Meria au mois d’août avec toi, on essaiera des gants de divas, aubergine ou tonka tout te va.
https://antoinelecharny.com/