arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash

Panier


Audrey Galais

Audrey Galais place son travail sculptural au croisement de deux concepts. Dans « La ressemblance par contact » (2008), le philosophe et historien de l’art Georges Didi-Huberman évoque l’empreinte en tant qu’archéologie de la ressemblance. Des ces idées, l’artiste arpente un procédé qui trace un trait entre hier et aujourd’hui. Les techniques de volume qu’elle aborde - moulage, assemblage, modelage - lui permettent de dialoguer avec les scories d’un paysage qu’elle tente de réanimer, de réactiver. 
Ce prélèvement du réel provient de paysages et situations variés : un bord de mer, un chantier, etc. Elle y récupère divers objets - bois, cordes, etc. - qui l’amènent à créer une archéologie nouvelle. Ces rebuts, autrefois uniques, deviennent motifs et répétitions par le processus du moulage. Cet écho de la forme ne prétend pas à l’exactitude. Il est une quête du renouveau. 
La blancheur du plâtre et ses teintes pastels nous plongent alors dans un monde imaginaire, lointain, presque impalpable. C’est un voyage où flottent nuages et cordes au-dessus de dieux grecs portant des casques roses.
Bienvenue en Galaisie