arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash

Panier


Maël Nozahic

Maël Nozahic est née en 1985 à St Brieuc.
Elle vit et travaille entre Paris et Fouesnant. Elle réalise ses études à l' EESAB (site de Quimper) et à la Staatliche Akademie der Bildenden Künste à Karlsruhe.
Après l'obtention de son DNSEP en 2009, elle s'installe en Allemagne et expose ses œuvres au sein de plusieurs galeries, à l'institut français de Berlin ou encore à la Villa Merkel/Bahnwärterhaus à Esslingen.
En 2010, la galeriste Eva Hober l'invite à participer à "La belle peinture est derrière nous" à Istanbul, Ankara, Maribor ainsi qu'au Lieu Unique à Nantes.
En 2012, ses toiles sont remarquées par l'académie Française et elle obtient le prix de peinture "Lesquivin-Garnier".
L'exposition en deux volets "Altars of Madness" lui permis également de montrer son travail au Casino Luxembourg forum d'art contemporain et au Confort Moderne à Poitiers en 2013.
De retour en France, elle réalise plusieurs expositions personnelles et collectives à Paris, à la galerie Maïa Muller et à la galerie Da-end.
La DRAC Bretagne lui accorde en 2014 "L'aide individuelle à la création" pour son projet d'installation sculpturale intitulée "Le fléau"
En 2018, Maël Nozahic est lauréate du concours "Talents contemporain" de la Fondation François Schneider (Wattwiller).
La démarche artistique de Maël Nozahic consiste à retranscrire et métamorphoser picturalement des éléments qui ont un fort pouvoir d'attraction sur elle. Ils sont puisés dans notre environnement naturel, au sein de différentes cultures, mythes et religions, photographiés dans les musées ou au gré des voyages, extraits des livres ou d'internet, pour former une banque d'image qui se métamorphose en peinture, dessin, gravure et sculpture.
Mêlées sans hiérarchie de valeur, ces inspirations s'hybrident et se superposent: l'animal devient sacré, les détails botaniques de Botticelli envahissent les paysages, les nuages se font arbres et les figures apparaissent tels des fantômes dans un environnement innaturel aux couleurs vives et acidulées.
Cet assemblage hétéroclite brouille l'identification du cadre spatio-temporel de cet univers que l'on peut aussi bien imaginer dans une ère édéniste, futuriste ou dans un entre-deux réalité/rêve. 
L'interprétation est laissée libre aux spectateurs qui peuvent s'imaginer voir des êtres mutants et transgéniques, des OGM flamboyants, une renaissance post-apocalyptique, une utopie, un eldorado.
La volonté de Maël Nozahic est de les réenchanter pour qu'ils redeviennent admirateurs de notre monde, de son héritage culturel, de sa biodiversité et s'interrogent sur la fragilité de son équilibre.