arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash

Panier


Marion Artense Gély

Marion Artense Gély est née en France en 1995, elle vit et travaille à Paris.

Elle est actuellement artiste résidente à POUSH Manifesto à Clichy, diplômée d’un DNSEP À l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (ENSAPC) en 2020.

Marion s’intéresse aux rituels ancestraux, à travers leurs traces et leurs lieux, en collaborant avec différents artistes, chercheurs et scientifiques. Son travail s’articule entre peinture, photographie et installation.

Lors de ses errances sur les sommets des montagnes hawaïennes, le long des routes qui mènent aux pierres de Carnac, Marion collecte des images de lieux sacrés. Pas après pas, elle active son corps pour prélever les fragments de ce qui témoigne du cheminement effectué pour arriver à ces lieux. On trouvera les vestiges d’un temple ou la trace d’un rituel au bord de la mer, mais aussi la fumée qui émane d’un sol trop chaud et d’un environnent glacé. Ce qui résonne en soi, résonne dans l’image.

 

C’est avec un regard d’humilité sur le monde végétal, minéral, sensible, qu’elle vient mettre en scène les objets qui l’intéresse. L’humain semble avoir déserté les espaces qu’elle photographie, et la temporalité des images est incertaine. C’est un monde où les éléments liés à la terre et au ciel sont sublimés et occupent une place différente, existants peut-être hors du temps de l’anthropocène.

Marion joue avec la matière lumineuse : lunaire, solaire ou artificielle. Coup de projecteur sur la toile, boite lumineuse qui vient ré-éclairer l’image photographique. Elle fait apparaître des paysages insaisissables, appartenant à des mondes intermédiaires, où matérialité et spiritualité se taquinent. Qu’on se trouve face à ses peintures ou ses photographies, l’image est là pour nous rappeler qu’un événement a eu lieu.